Technologies

Le panneau monocristallin

panneaux photovoltaiques

Le panneau monocristallin est souvent considéré comme le  « haut de gamme » des panneaux photovoltaïques pour ses qualités techniques et esthétiques. En 2008, il occupait déjà 38,3 % du marché photovoltaïque. Pourtant, il est fabriqué selon le plus ancien processus, la première cellule monocristalline ayant été mise au point en 1955. Il serait donc légitime de penser que ce premier né de la famille des cellules photovoltaïques n’est pas aussi performant que ses successeurs. Alors, qu’en est-il réellement ?

Un matériau pur

La première particularité du panneau monocristallin est d’être constitué à base de silicium pur. Ce matériau, extrait du sable quartzeux, est travaillé selon un processus long et précis qui lui permet d’être parfaitement purifié. C’est ce qui confère toutes ses qualités au panneau monocristallin. En effet, plus le silicium est pur, plus sa capacité de semi-conduction est élevée et, par là même, plus le panneau photovoltaïque est performant.

Un excellent rendement

Le rendement des panneaux monocristallin est particulièrement élevé. Les produits actuellement sur le marché affichent un rendement de l’ordre de 140 Watts au mètre carré. Dès lors, il est particulièrement apprécié de ceux qui ne possèdent qu’une surface réduite pour l’installation d’un système photovoltaïque.

De plus, sa durée de vie est supérieure à celle de ses congénères. Il peut en effet fonctionner une trentaine d’années sans nécessiter d’entretien particulier. Un simple nettoyage occasionnel suffit à le conserver en bon état.

Un fonctionnement un peu particulier

Le panneau monocristallin est particulièrement sensible aux hausses de température. En effet, si ses performances sont à leur maximum lorsqu’il se trouve dans un environnement frais, voire froid, dès que la température excède 25°C, son rendement décline très rapidement. Chaque degré au-dessus de 25 lui fait perdre de sa productivité. Ainsi, exposé dans des régions à forte chaleur, le panneau monocristallin peut donc s’avérer moins productif que ceux basés sur d’autres techniques de fabrication.

De même, il produit davantage lorsqu’il est exposé directement aux rayons du soleil, contrairement aux panneaux amorphes qui se contentent de la luminosité ambiante pour produire. Son taux de rendement est en effet d’environ 16% par grand ensoleillement, ce qui est particulièrement compétitif. Malheureusement, ce taux peut se trouver en forte chute dès que le temps est très couvert.

Quelques inconvénients tout de même

En offrant une qualité et un rendement supérieurs aux autres types de panneaux, le prix du panneaux monocristallin est lui aussi plus élevé. Même si actuellement, les fabricants tentent de niveler les tarifs, sa forte teneur en silicium pur le condamne à des coûts de fabrication relativement importants. Néanmoins, étant donné son rendement plus élevé par rapport aux autres technologies, son prix au KiloWatt Crête se rapproche de celui des panneaux polycristallins.

Pour ce qui est de l’installation, le panneau monocristallin étant plus lourd que ses concurrents, sa pose peut s’avérer compliquée, voire impossible, sur une charpente trop fragile.

Enfin, on lui reproche également son fort impact environnemental. En  effet, sa fabrication, nécessitant des procédés de purification importants, est très gourmande en énergie. Ils peut donc être considéré comme néfaste pour la planète.

Trouvez le panneaux solaire adapté à votre logement

Remplissez le formulaire ci-dessus et recevez des devis sans engagement.

Catégories:


Tags:

Placer un commentaire